La beauté

Je dis non… au vernis craquelé

18 juin 2013 1 Comment

Comment ça j’ai un an de retard ?
Je sais que le vernis craquelé c’était prisé AU MOINS l’été dernier, n’empêche que j’en ai reçu un dans la Glossy Box du mois de Juin (oui je compte collectionner toutes les box de France) (non en fait je me suis désabonnée après avoir reçu la première), et que définitivement, c’est non pour moi.

20130605_122132

C’est un souple pouce que vous avez là

Depuis l’aube des temps des vernis, le premier jour où j’ai rencontré ces petites bouteilles colorées, ma mère a imposé une règle : pas de vernis écaillé. Et même si elle a tendance à être très persuasive, quand vint la période rebelle de l’adolescence, les 3 jours réglementaires étaient trèèès souvent dépassés. (Y a même une fois où le vernis a disparu de tous mes doigts de pieds sauf mon gros orteil gauche, c’était pas beau) (« mais ça va Maman, c’est l’hiver personne regarde mes pieds ! ») (oui je suis un peu crado)

Toujours est-il qu’aujourd’hui, à 21 ans, je ne laisse plus (tout le temps) le vernis partir de lui-même. Et puis tout bien réfléchi c’est quand même plus joli, et on lui demande pas plus, au vernis.
Dans le domaine ongulaire, je suis plutôt ouverte : je suis pour les manucures un peu bizarroïdes, pour les ongles à thèmes, je dis pourquoi pas aux manucures « caviar », aux trucs néons ou aimantés… Au bout du compte c’est souvent joli, même si j’ai l’impression qu’il faut un CAP sculpture sur grain de riz pour arriver à faire de telles oeuvres sur de si petites surfaces.

Utilisé avec une couleur en dessous, le vernis craquelé est censé donner une texture, genre peau de serpent ou léopard mais franchement, c’est pas beau. Je trouve que ça donne juste l’impression que le vernis est mal posé et ce principe de faire croire à un vernis DEJA écaillé à peine mis, c’est quand même un peu maso. Personnellement enlever le vernis des ongles et en remettre est une des activités que je trouve le plus relou, après la recherche de papiers administratifs (oui ma vie est dure), tout ça sans oublier les râles des mâles de la maison qui ne supportent pas l’odeur (faites le tests chez vous mesdames, vous verrez que les hommes ont un gros problème de tolérance à l’odeur du dissolvant et du vernis). Alors QUELLE EST LA MOTIVATION de mettre un vernis, au demeurant joli, qui s’écaillera lamentablement sur les ongles un quart de seconde après la pose ?

J’ai une autre question qui me rebute parce que je déteste ne pas comprendre le fonctionnement de ce que j’utilise : comment ça marche ? Comment le vernis comprend qu’il faut qu’il se craquèle parce que c’est trop stylé de la mort ? Peut-être qu’il n’a pas choisi lui, de craqueler. Pourritures de fashionistas.

J’ai quand même cherché sur Google « comment le vernis craquèle » et je sais maintenant appliquer une patine sur un meuble en bois. Merci Internet.

En parlant de ça...

1 Comment

Ting at 03:29

So lovely! X

Reply

Leave a Comment